Ma nouvelle bletz-board!

Ras-la-calvitie de sortir mes petites boîtes de ce qui reste de mon sac-à-effet Thomann made in China et les disposer comme je peux à la va vite avant le sound check! Je me suis fait une pedal-board d’enfer et j’en ai profité pour rajouter un Equalizer Boss GE-7 puisqu’il restait de la place… De chien! ça change carrément tout! Poussé un peu les médiums et les basses et j’ai un son qui déchire sa maman. Comme je suis de nature exhibitioniste, je ne peux résister à l’envie de vous montrer tout ça.

Même si la partie la plus élaborée reste le dessous avec ces petites bestioles qu’on dirait sorties d’une chanson de Jean-Rahan.

01-bletzboard 02-bletzboard 03-bletzboard 05-bletzboard 06-bletzboard

Putain, deux ans!

Il y a deux ans, à peu prêt à cette heure-là, deux zigotos rencontraient un autre zigoto – Jean-Rahan Bletz, mais qui ne s’appelait pas encore ainsi – (par l’entremise d’Arabelle, notre bonne fée) dans un abris anti-atomique pour faire la première jam d’un groupe qui avait très envie de se former. Jean-Rahan commença à jouer ses drôles de chansons, Insectes, Rayon Cosmik (qui deviendra Space), Un Hun, … on était mort de rire et sous le charme.

Deux ans plus tard, vingt-cinq morceaux et treize concerts dans les pattes, on continue d’avancer, de créer, de se remettre en question (pas trop souvent non plus) et d’avoir un immense plaisir à jouer ensemble.

Let’s bletz!

bletzcake_small
Les petits tortillons, ce ne sont pas des spaghetti à la tomate mais du chocolat blanc avec du colorant alimentaire…

 

« En plein dans l’mille! »

Les Bletz à Aigues-Vertes en août 2016. Photo Juan Sebastian Rickenmann.

Photo Juan Sebastian Rickenmann 2016
pour la Fondation Aigues-Vertes

 

10 AOÛT 2016

Quand nous avions joué le 11 juin à La Ville est à Vous, une jeune femme était devant la scène et dansait avec un bel entrain et un grand sourire. Elle était atteinte du syndrome de Down et nous sommes allés la féliciter après le concert pour sa belle énergie. Cela nous a donné l’idée d’aller une fois donner un concert dans un endroit où il y aurait des personnes comme elle.

Nous avons donc demandé à la Fondation Aigues-Vertes s’il était possible de venir jouer pour les pensionnaires du village, nous disant que notre musique pourrait leur plaire et leur donner aussi envie de gigoter, ce qu’ils n’ont pas manqué faire. « En plein dans l’mille, mon gars! », pour reprendre l’expression fétiche d’un des villageois!

On nous a proposé de nous installer devant la jolie chapelle en bois du village, sur une petite place en hémicycle bordée d’un banc en pierre, sans doute pour que les fidèles puissent se rencontrer et discuter après l’office. L’endroit est charmant et paisible, tout ça face à un beau soleil couchant.

Le concert s’est vraiment bien passé, on a bien joué, une heure et quart, et, bien que peu nombreux (la plupart était en vacances dans sa famille) le public était vraiment chaud! Avec des échanges entre les morceaux, des interjections, des rigolades! Tous, à la fois dans leur monde et avec nous, ce qui offrait un tableau assez surprenant et bigarré; qui effectuant des mouvements de karatéka, qui conversant au talky-walky avec son « commandant » tandis qu’il dansait « collé-serré » avec son amoureuse… Et, après qu’on ait joué, ils sont tous venus nous dire au revoir, c’était cool, il faut dire que c’était déjà assez tard pour eux. Bref, ce fut un moment magique et l’occasion de faire de belles rencontres, d’une belle intensité.

Moins, c’est mieux.

Après un super concert aux Bastions (en plus il a fait un temps magnifique, faisant mentir notre communication, mais c’est tant mieux), nous nous ménageons une petite pause. Elle nous permet de reprendre les morceaux pour les faire plus courts, plus compacts. On se rend compte qu’avec des morceaux de 5-6 minutes, on n’avait pas le temps de caser tous les morceaux du répertoire! C’est ballot! Et puis surtout, on finissait par un peu s’enquiquiner, et pire, par lasser. Du coup on gagne en pêche et je pense que ça va se sentir.

On pourra tester tout ça pour le concert qu’on s’apprête à donner au mois d’août. Concert semi-privé pour une population touchée par une déficience intellectuelle. Nous pourrons en dire plus après le concert, mais l’idée nous était venue le jour où nous donnions notre concert du 11 juin pour la Ville est à Vous, rue Jean-Violette. Une jeune femme atteinte du syndrome de Down affichant une superbe banane s’éclatait visiblement à danser sur nos morceaux. Enfin!!! Nous avions trouvé le public que nous voulions, des gens qui se donnent à fond à gigoter dans tous les sens et qui s’amusent. On se réjouit de faire ce concert, je pense que ça va être très fort,

Sinon, on nous a gratifié de superbes photos. Trois photographes (rien de que ça!) s’en sont donné à cœur joie et nous ont mitraillé pendant notre concert aux Bastions. Le résultat est superbe. On dirait presque un vrai groupe de rock!!! (Photo Sylvain Perrinjaquet 2016)

 

Les Bletz aux Bastions-Crypte pour la Fête de la Musique 2016. Photos Sylvain Perrin.

 

Splash moins 2!!!

Vendredi soir il y a 99.9999% de chance que ce soit le déluge, mais on s’en fout!!! Ça va être notre première Fête de la Musique et on espère que cet événement restera marqué dans les esprits! En attendant, on oscille entre certitude d’un avenir radieux et grande frayeur à l’idée de se retrouver sur cette fameuse scène traditionnellement associée aux événements rock de la Fête de la Musique à Genève…

LET’S BLETZ!!!!

It’s only rock’n’roll!!!

Détail du manche de la Gibson LesPaul Voodoo à laquelle il manque un corde et le motif "tête de mort" rouge qui fait "Grrrrr!"

Concert mythique à la Ville est est à Vous samedi passé! Tout se passait super bien pendant la première demie-heure, super feeling, un son nickel (merci la régie-son!), une chouette ambiance… et soudain tout est parti en couille.

Deux cordes pétées coup sur coup (jeu de cordes neuf, donc), une boucle du jack de la basse qui se coince entre deux lattes du plancher de la scène, un micro qui se barre et la batterie qui tressaute sous nos trémoussements endiablés… Bref, on se serait cru dans une bd des Freaks Brothers mais ça nous a donné l’occasion d’apprendre à gérer des situations aussi invraisemblables qu’inopinées. C’est le métier qui rentre.

Et puis, il y a eu ce moment très rock’n’roll où, face à ma profonde déconvenue (2e corde qui lâche), un type est accouru pour me prêter sa gratte (qui sonnait très bien en plus) afin qu’on puisse jouer notre dernier morceau! ça c’était un très beau geste et je tiens vraiment à le remercier encore ici.

Enfin, un grand merci à Bruno et toute l’équipe de la Ville est à Vous / Plainpalais pour nous avoir invité (en espérant qu’il osera nous réinviter (:•[])

Let’s bletz!

screenshot page FB de LemanBouge - Zigomar sur scene Ptit Rock Fest - auteur LemanBouge
Zigomar sur scene Ptit Rock Fest. Photo LemanBouge

ça y est, c’est parti! Jeudi nous avons démarré notre Bletzaine de printemps avec un super set sur la scène du P’tit Rock Fest. Ce fut aussi pour nous le plaisir de rencontrer l’équipe charmante et efficace du P’tit Music’Hohl et la joyeuse bande des Scénators qui démarraient la soirée avec de belles envolées pleines de guitares. Vendredi prochain, le 3 juin, les Bletz joueront au Codebar, ce sera encore l’occasion de découvrir un lieu, d’autres musiciens (Samel Vilu et Titito – du blues/funk) et faire de nouvelles rencontres. Cool! Semaine suivante, le samedi 11 juin, ce sera la Ville est à Vous / quartier de Plainpalais, sur la scène Rue Jean-Violette. Semaine d’après, Fête de la Musique à Genève! Et en prime time s’il vous plaît! le vendredi 17 juin à 20:30. Bref. Les choses ont l’air de se produire comme il faudrait et c’est super.

C’est aussi l’occasion de progresser. De fixer des structures, essayer des « moulures », bref, de travailler « grandeur nature ». C’est aussi l’occasion d’apprendre à s’adapter, aux lieux, au matériel, aux imprévus… Se détendre aussi, moins stresser pour ne se concentrer que sur le jeu et le plaisir.

Le CD de démo

Notre CD de démo prêt à être envoyé. Graphisme Rex Bletz

Et voilà notre premier cd de démo, encore tout chaud, que nous nous préparons à envoyer aux radios, festivals et autres que nous voudrons démarcher. Il contient les 6 titres que nous avions enregistré au Swell Studio. On se réjouit déjà de notre futur double-33T, avec pochette cartonnée, vinyle teinté et tout le toutim!…

Bientôt la démo!

Nous sortons de deux jours de studio pour enregistrer six morceaux pour notre démo. Magnifique rencontre avec l’ingé-son Clément Ga du Swell Studio, accessoirement guitariste des fameux Sergent Papou. Calme, professionnalisme, efficacité, finesse et gentillesse sont les termes qui me viennent à l’esprit pour le décrire. On se réjouit du résultat qu’on ne manquera pas de mettre sur notre page SoundCloud!